Recherche (artistes, titre, paroles, pack, medley, styles)

A notre sujet

Présentation de MIDIFILES.COM

Le présent site internet est édité par Laurent WALKER-HAVETTE (Sociétaire SACEM, spécialiste MIDI, journaliste pour Studio Multimedia / PC Team, La Tribune de L'innovation) - Mon profil LinkedIn

Adresse du siège social : WALKER-HAVETTE : 62 passage du menuisier - 19120 NONARDS - FRANCE (c'est en Corrèze, "c'est beau mais c'est loin" - JC).

Synthétiseurs & claviers

achetés, utilisés, modifiés, midifiés, dont certains vendus avec grand plaisir et d'autres avec beaucoup de remords. Je ne dirai pas lesquels, leur côte va encore monter
  • Korg Polysix MIDI : trop typé Polysix :) Malade de la pile et de ses flancs en miette de bois.
  • CMI Fairlight III :  Imagine un frigo posé sur des roulettes avec le bruit d'un aspirateur des années 70 et des temps de chargement de plusieurs minutes et tout à coup, ooooooh miracle la magie d'un son (même samplé) d'une autre époque immédiatement reconnaissable. Un collector pour collectionneurs exigeants, spécialistes et passionnés (comme Jean-Bernard)
  • Rhodes Chroma : Les matériaux et le design participent aussi au succès d'un synthé. Un vrai clavier, des marteaux et toute la mécanique Fender, avec un ARP dans le moteur. Celui-ci est attirant, complexe, subtil et majestueux... mais fragile. Si avec ça j'ai pas dit que je l'avais plus et que je le regrettais...
  • Redsound Darkstar : design sonore intéressant avec des modulations à n'en plus finir, mal servit par une interface méga-complexe.
  • Roland Juno 106 : si t'as pas eu de Juno106 à 50 ans c'est que t'a râté ta vie. Clavier agréable, programmation simple, beau design mais devenu un placement financier.
  • Warldorf Blofeld : petite machine aux capacités énormes (surtout en modultation et import de table d'ondes) sauf qu'à la longue, on reconnait trop les sons en canette
  • Piano Yamaha CP60-M : un vrai piano transportable, mécanique avec cadre, amplifiable avec 2 sorties et surtout MIDI OUT !
  • Korg Wavestation Ex : il n'a pas dit son dernier mot. Une dynamtique et un son que seul lui sait faire sans trop se ruiner
  • Roland MKS 80 : froid, voir glacial. Ce n'est pas un J8, ce n'est pas un Juno, il parait même que ce n'est même pas un Jupiter 6
  • Roland D50 : Enya & Co. A la mode mais pour combien de temps ? Chiant à la longue.
  • Sequential Circuits Prophet 600 : le premier synthé MIDI, simple, efficace, brut.
  • Roland SH-101 : très à la mode, sec, puissant, ludique, efficace.
  • Moog Memorymoog Plus : un bijou fragile précieux et solitaire et capricieux, désormais aux mains d'experts comptables
  • Sequential Circuits MultiTrak : complètement analogique à l'américaine, polyphonique, avec vélocité et accessible. Totalement sous-utilisé
  • Sequential Circuits Sixtrak : idem en moins puissant mais plus connu (peut être à cause des flancs en bois, c'est plus joli dans un studio)
  • Roland JX Super Jupiter : 2 JX8P en un, avec un clavier immense, vélocité, aftertouch, sous exploité. So 90's !
  • Casio CZ5000 : on dirait un jouet... sauf que ...
  • Roland Jupiter 6 : trop froid comme sa version rack mais beau quand il s'allume (ça inspire peut-être).
  • Radikal Technologies Accelerator : subtil, ambitieux, unique mais trop "répétitif" à la longue (toujours à cause des sons en canette)
  • Rhodes Chroma Polaris : un vrai analogique avec polyphonie et vélocité et implémentation MIDI complète. Le petit frère du Rhodes Chroma
  • Yamaha TX-816 (8 DX7) : 8 DX7 dans une petite caisse de plusieurs kilos. La FM en 8.1 mais nécessite une table de mixage + ordi pour l'édition
  • Yamaha CS50 : le CS80 du pauvre. Un seul oscillateur, 4 voies, vélocité et aftertouch hyper ludique, hyper attachant (et hyper lourd) mais quel son, même plusieurs décénnies plus tard.
  • Oberheim Xpander : faudrait un Yves Usson livré avec ... Info ou intox, le mien venait du studio où a été enregistré l'album "Bad" de M. Jackson, avec sa bibliothèque de sons très reconnaissables.
  • Roland D550 : pffff... trop D50...
  • Groovebox Yamaha RM-1X : j'en reviens toujours pas que les ingé Yamaha n'aient pas intégré l'overdub / enregistrement pendant la lecture, et que personne n'ai l'idée de reprogrammer la ROM correctement. A associer à un Ipad / ordi, c'est taillé pour le live.
  • Yamaha DX7 : un bel objet cultissime des années 80, toujours aussi créatif et ce n'est toujours pas fini.
  • Sonic Potions LXR : un modulaire qui fait des rythmiques (ou l'inverse). Original dans sa programmtion. A monter soi-même, ça double le plaisir de composer
  • Arpie arpégiateur : au autre kit fun
  • Buchla Easel : une dimension sonore, très typé, aérien, subtil. Comme un stradivarius, si tu maîtrises c'est magique et hypnotisant. Un sas vers le modulaire.
  • Radikal Technologies Spectralis 1 et 2 : c'est comme une lampe, on frotte, et y'a un génie qui en sort (Jörg :) Courbe d'apprentissage très très très très longue, fait pour le live et encore à découvrir. Ah ! Je viens d'apprendre quelque chose de nouveau à l'instant.
  • Arturia Matrixbrute : pareil sauf que c'est encore Yves et Frédéric qui en sortent - Un réussite en tous points, sauf que sortir sa version polyphonique quelques mois plus tard a fait des malheureux même si on s'y attendait.
  • Solton Arranger Plus : le fun de l'italo disco v1. Donc à utiliser en MIDI rien que pour le son de basse et le kit de batterie
  • Elka OMB5 : le fun de l'italo disco v2 avec un autre kit batterie typé et puissant.
  • Elka 44 : de la synthèse FM avec un filtre analogique qui fait son boulot à merveille. Difficile à programmer.
  • Elgam Carousel : je n'ai toujours pas compris comment un orgue de déchetterie était désormais vendu à 1600 euro (vu sur Ebay !)
  • Yamaha CS30 : je déclare que les yamaha sont les instruments les plus musicaux. Celui-ci ne déroge pas à la règle, même en mono, même de 1976. super ludique, rafiné, quasi modulaire.
  • Yamaha FS1R : une terre, que dis-je, un univers sonore FM / synthèse formantique à défricher (c'est rare de nos jours). Hyper rare.
  • Oberheim Matrix-6 : la cavalerie américaine bien grasse, bien pêchue, bien lourde mais qui donne aussi dans le subtil
  • Korg Sigma : tout le monde se marre avec ses boutons à la Bontempi mais ce synthé à des ressources et surtout un clavier (hyper bruyant) avec after touch taillé pour des solos lead.
  • Formanta EMS-01 : russe, donc non commercial, donc non démago, donc délirant, puissant, analogique, original et... hyper solide... deux claviers (un synthé mono + 1 poly d'accompagnement avec des strings type Solina ) parfait aussi pour apprendre à démonter et remonter un synthé les yeux bandés. Increvable. Et il est MIDI !
  • MIDIA MusicBox de Marquis Music : expander multi-timbral analogique + FM + samples totalement inconnu, qui me fait passer pour une poule portugaise ayant trouvé un canif extra terrestrre. Reste à lui ouvrir les entrailles pour éditer les sons. Si quelqu'un lit cette page et a des infos (ou des remarques), qu'il me contacte à cette adresse : [email protected]
Français